Err

 

Un casque de réalité virtuelle, c’est quoi ?

 
  L'environnement que nous percevons aux moyens de nos yeux est la réalité, l'environnement décrit sur un écran est une perception et une interprétation de l'environnement qui nous entoure.
maintenant mettez cet environnement décrit sur un écran très proche de vos yeux afin de percevoir uniquement cet environnement, et vous aurez l'impression que cet environnement devient réel.
c'est ce que l'on appelle la Réalité Virtuelle,
il s'agit de cette expérience que vous pouvez vivre grâce aux Casques de Réalité Virtuelle dénommés Casque  VR (comprenez Virtual Reality en anglais)

Depuis quelques mois seulement, la technologie permet de créer un environnement virtuel réaliste et (presque) sans latence.

Comment ça marche ?

Cette nouvelle technologie plonge l'utilisateur au coeur même d'une expérience qu'il choisit de vivre ! Chaque mouvement de la tête de l'utilisateur, le même effet est appliqué à la vidéo qu'il visionne sur l'écran où il s'y sent comme projeté, cela lui donne la sensation qu'il est bel et bien en train de vivre une expérience unique dans un autre monde.

l’impression de 3D sur les écrans est simulée par un léger décalage de certains éléments de l’image sur chacun des deux yeux. Cela suffit à donner l’impression à l’utilisateur de se trouver dans un autre endroit, une réalité factice.

En ajoutant des détecteurs de mouvements dans le processus, il devient même possible de visiter cet univers virtuel et d’en explorer chaque recoin. Pendant longtemps, le principal problème de ce genre d’appareil était le temps de latence entre le mouvement de la tête et la réaction de l’image. Aujourd’hui, ce délai a été tellement diminué qu’il en est imperceptible, créant l’illusion d’une véritable réalité.

Ceci étant dit, tous les casques VR ne fonctionnent pas de la même manière. Certains diffèrent même radicalement des autres. De manière générale, nous pouvons les diviser en deux grandes familles :


 Les CASQUES VR "autonomes" (ne nécessite pas de Smartphone)

 D’un côté, les casques autonomes embarquent toute la technologie nécessaire pour la vision 3D, ainsi que de multiples formats de vision :

- 360 ° c'est à dire explorer l'environnement qui nous entoure sur 360 ° en 2D ou en 3D selon l'offre proposée.

-180 ° en 2D ou 3D

- et également en 2D pour visionner tous vos films préférés (et meme vos propres films)

Et de l'autre coté, comme un véritable ordinateur en accédant grâce au Wi-fi (intégré) à vos sites préférés ainsi qu'aux offres de fournisseur de vidéos gratuites et payantes du Web.

ils peuvent être également connecté à l'ordinateur et aux consoles de jeu (via la prise HDMI IN)

Certains casques sont plus tournés vers le jeu vidéo. La technologie embarquée est performante, permettant une grande qualité d’image, et peut se doubler de capteurs supplémentaires comme des détecteurs de mouvements (comme l'Oculus Rift ou le HTC Vive) en les connectant à l’ordinateur (mais nécessite un ordinateur ultra performant) ou directement sur la console (Casque VR de la Playstation de Sony).

 
 

Les CARDBOARDS (nécessite un Smartphone)

– D’un autre, on retrouve les systèmes dits « cardboards ». Ceux-ci sont bien moins onéreux que leurs concurrents, puisqu’ils n’embarquent aucune technologie. Le principe est de se servir de la technologie du smartphone de l’utilisateur comme d’un casque VR. En effet, les détecteurs de mouvements et le gyroscope du téléphone permettent de créer l’immersion pour plonger l’utilisateur dans la réalité virtuelle.

Comme d'habitude sur internet (monde virtuel oblige), difficile de s'y retrouver entre des casques VR coutant quelques euros jusqu'à une soixantaine d'euros.

Voici quelques critères de sélection des Cardboards pour vous aider à mieux comprendre ces différences de prix :

- matériau utilisé : qui va du plus simple des plastiques à des matériaux plus robustes en ABS ,

- la qualité des verres,

- la compatibilité des smartphones, type de lentilles, réglage inter-pupillaire des lentilles, réglage dioptriques pour les porteurs de lunettes,

- le degré d'immersion (de 90° à 120 °) qui à mon sens est un des critères le plus important pour les possesseurs de smartphone de petites et moyennes tailles (5.4 pouces et en dessous). Plus l'angle est important, plus vous aurez l'impression d’être en immersion totale.

- l'audio intégré ou pas (pour éviter d'en faire profiter à tous vos proches),

- le confort de la mousse de contact visage (interchangeable ou pas),

- la qualité de la sangle ajustable au maintien de votre tête, plus ou moins confortable en utilisation prolongée, etc...

Comme pour une robe ou une paire de chaussures, l'idéal est de les tester avant achat.


 
 

A quoi ça sert ?

 A s’amuser, tout simplement. Pourtant, il n’y a pas que le monde du divertissement que cette technologie intéresse. La formation est l’un des milieux les plus concernés par ces appareils. On compte déjà aujourd’hui plusieurs applications de formation dans le secteur de l’industrie lourde ou des opérations dangereuses. Les pompiers y ont déjà recours, de même que tous ceux travaillant dans le domaine des sites nucléaires, des raffineries ou des plateformes pétrolières.

Un autre secteur professionnel à être intéressé par les casques VR, c’est celui de la distribution. Des agences immobilières, par exemple, ont déjà commencé à proposer des visites d’appartements sans bouger de sa chaise, le tout via des casques VR. Dans le même ordre d’idée, des architectes pourraient présenter leur projet à leur clients avant même de débuter les premiers travaux. On murmure aussi que les agences de voyage pourraient proposer des visites en 3D d’hôtels ou de sites touristiques aux intéressés.

Si les applications professionnelles sont nombreuses, les utilisations particulières seront majoritairement tournées autour du jeu vidéo.
Le casque de réalité virtuelle est le fantasme de chaque gamer depuis des dizaines d’années. Pas difficile de comprendre tout le potentiel qu’ils offrent à l’industrie du cinéma ou du jeu vidéo en matière d’immersion.

Comment  choisir son casque de réalité virtuelle ?

C’est que des casques VR, il en existe à la pelle. Outre la technologie employée, la compatibilité des appareils, le contenu proposé et le prix diffèrent souvent d’un modèle à l’autre. Ce n’est pas tout d’avoir un tableau comparatif sous les yeux, encore faut-il connaître les différents critères de sélection.

Compatibilité

C’est le point à regarder en priorité. Les gamers savent déjà qu’avant d’acheter un jeu, il y a quelques vérifications à effectuer. La compatibilité avec sa console ou la configuration minimale requise par son ordinateur sont les exemples les plus parlants. Le même procédé doit s’appliquer avant l’achat d’un casque de réalité virtuelle.

Certains modèles ne s’avèreront compatibles qu’avec certaines machines. Le Morpheus de Sony s’avère idéal pour les joueurs de PS4 par exemple, alors que l’Oculus ne fonctionnera que sur des bécanes tournant sous Windows 7 au minimum. De même, selon la taille de certains cardboards, tous les smartphones ne seront pas compatibles avec tous les modèles. Pour ça, on ne peut pas vous aider. A vous de vérifier avec quels casques votre matériel est compatible.

Contenu

Qui dit différences de marques dit différences de services. Ici, c’est le parc d’applications proposées qu’il faudra surveiller, car d’un support à l’autre, il ne sera pas forcément le même.

Si vous n’avez aucune attente au sujet de vos jeux, alors pas la peine de s’attarder ici. Par contre, si vous êtes un fervent utilisateur de Steam et que Valve venait à intégrer la VR dans leurs jeux, il y a des chances que seul son casque Vive soit optimisé pour leur utilisation. Ça sera à vérifier une fois que les jeux en questions sortiront, mais c’est un point à garder à l’esprit.

Le choix est un peu plus facile au sujet des casques mobiles, puisque les applications compatibles dépendent du smartphone (qui, normalement, doit déjà être en votre possession).

Prix

Évidemment que le prix a son rôle à jouer. Peu de conseils à donner ici : regardez votre budget et adaptez votre choix en conséquence. De manière générale, les casques autonomes (pour ordinateurs et consoles) coûtent sensiblement plus cher que les versions mobiles, qui peuvent descendre jusqu’à quelques euros.

Un bonus est à rajouter à tous les accessoires prévus pour le type de casque. Un contrôleur, un gant ou un masque peuvent considérablement augmenter l’expérience de jeu mais rajoutent quelques chiffres à la note. Dans l’idéal, leur achat est à prévoir avant de se procurer le casque.